Dune Dupuy


Dune invente des histoires dans l’obscurité de la cave où elle découvre la magie noire et la peur.
Sur les marches de l’escalier à l’heure de la sieste, elle est comme un prince ivre découvrant un palais endormi.
Exploratrice, elle marche à pied et perçoit violemment la poésie des lieux qu’elle traverse.
Dans la savane grillée du jardin, elle se sacrifie bravement et donne son bras en pâture à ses compagnons affamés.
Elle voyage dans le temps à travers les livres, elle apprend à se cacher, à devenir invisible.
Perdue dans l’espace intersidéral elle rêve à des mondes différents…

Dune Dupuy est née le 5 décembre 1982.
Aujourd’hui, elle vit et travaille à Toulouse.
Très jeune, elle pratique le clavecin, le piano-jazz et joue sur les Orgues de Cahors jusqu’à 18 ans.
Aujourd’hui, elle caresse l’accordéon à ses heures gagnées ; compose des chansons au piano,
accompagne la fanfare des Canards et le guitariste Nabil Asmani.
Après le bac, elle apprend l’histoire du cinéma et l’analyse de film à la faculté de Montpellier puis intègre l’École Supérieure d’Audiovisuel à Toulouse, où elle termine un master réalisation.
Elle compte à son actif plusieurs courts-métrages de fiction ainsi que des documentaires.
Elle joue également dans des courts-métrages et découvre le théâtre dans l’atelier de Vinco Vistic à Toulouse.
Elle tourne actuellement un documentaire sur la parole retrouvée entre trois femmes, trois générations unies par le lien maternel.
Elle termine également un court-métrage, vision poétique de la ville à travers le trajet rêvé entre deux corps.
Elle participe à plusieurs tournages professionnels en variant les points d’observations. Au sein du Ventre, Dune anime Le Gros Orteil, atelier de création filmique collective. L’atelier part dans la Cordillère des Andes en 2006.

Dune est à la recherche constante de formes d’expression, avide de savoir. Eternelle amoureuse, elle cultive avec ses comparses la beauté de l’instant, l’émotion de chaque chose. Rimbaud, Gainsbourg et Artaud sont les compagnons d’une route possible. Dune est attirée par les recoins sombres de l’être. Elle s’interroge sur le fil qui relie le rêve à la veille, sur la question de la réalité des choses. Chaque seconde le monde (l’Amour) est à réinventer. La filiation, la séparation, la mort, l’absurdité de la guerre sont des thèmes qui hantent son imaginaire. Elle est pour un cinéma de l’urgence, pauvre, explosif, existentiel comme pour un cinéma plastique, poétique et violent, pour un cinéma magique et troublant. Sa pratique et son expression, comme sa propre éthique de vie, sont indissociables du voyage, de la rencontre permanente avec le monde, la peur et l’émerveillement. Réalisatrice

* Le désiroir, court-métrage vidéo, 5 mn, 2005 * Jacquelines, documentaire dv-cam, 50 mn, 2005 * Voix de disparitions, documentaire dv-cam, 9 mn, 2004 (Prix du concours Rushs Arte) * Dehors, court-métrage 16 mm, 6 mn, 2004 * Algérie, ou le souvenir de ce qu’on ne peut oublier, fiction photographique, 2003 * Sans papiers, sans faim, documentaire dv-cam, 9 mn, 2003 * Ctrl, Alt, Suppr, court-métrage 16 mm, 5 mn, 2002